Du répit aussi à la Maison Colombe-Veilleux

Categories: Care.

Le service de répit-dépannage a pris de l’ampleur ces cinq dernières années après un constat du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Maria-Chapdelaine et de la Maison Colombe-Veilleux. Bien que les services de la MCV soient de plus en plus connus de la population, le service de répit-dépannage, lui, était peut-être sous-utilisé, puisque mal connu.

Claude Fortin est un de ces patients qui ont bénéficié du service du répit-dépannage. Depuis un an, il a eu l’occasion de séjourner à la Maison Colombe-Veilleux à trois reprises pour des séjours d’un maximum de trois semaines.

« Contrairement à la croyance populaire, la Maison C-V est un milieu plein de vie. C’est mon endroit de rêve afin de prendre du temps seul à me faire gâter par un personnel en or et bénéficier de leurs soins donnés avec un grand respect de mes besoins. Pour ma conjointe, c’est un temps précieux pour se refaire des forces et prendre soin d’elle avant mon retour à domicile », témoigne-t-il.

Hausse du financement

Par ailleurs, le ministère de la Santé a majoré sa contribution de 24 000 $ annuellement à la Maison Colombe-Veilleux. Dans les faits, la hausse est de 8 000 $ par lit, la Maison comptant trois lits. C’est donc 68 000 $ par lit pour un financement annuel de la part du Ministère de près de 200 000 $. Le budget annuel de la MCV est de l’ordre de 350 000 $. Les autres sources de financement proviennent de la Fondation de la MCV et ses activités de financement comme l’omnium de golf Johanne-Pelchat et aussi les dons dans les salons funéraires.

Lisez l’article complet sur le site web du Point de Lac-st-jean

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *