Mourir chez soi, c’est possible

Categories: Care.

On ne croirait pas que c’est le même homme. Sur une photo suspendue au mur du salon, dans son petit appartement de Verdun, Peter affiche un sourire rayonnant et les kilos en trop d’un bon vivant. Mais celui que j’ai devant moi a un physique frêle, le teint gris. Peter souffre d’un cancer du foie en phase terminale. Dans quatre jours, il sera mort.

D’une certaine façon, Peter a de la chance. Car s’il habitait dans n’importe quel autre quartier de Montréal, il serait probablement alité à l’hôpital, en chemise de malade, en train de bouder un plateau de cafétéria. Là, il est assis à la table de sa cuisine avec sa femme et sa fille, il mange ses plats préférés et pousse quelques-unes de ses vieilles blagues de faux macho irlandais.

Ce petit miracle, il le doit à l’équipe des soins palliatifs du CLSC de Verdun, que la Dre Geneviève Dechêne porte à bout de bras. Cette médecin de famille, dont la fougue rivalise avec celle de Sidney Crosby, fait figure d’exception dans l’univers médical québécois. Non seulement elle accepte de se rendre dans la demeure même de patients mourants, mais elle a réussi à convaincre cinq autres médecins et trois infirmières de son CLSC de la suivre dans cette aventure pour former l’une des seules équipes spécialisées en soins palliatifs à domicile au Québec.

« Tout le monde veut mourir chez soi, et ça tombe bien, parce que ça coûte moins cher au système de santé de garder les malades à la maison plutôt qu’à l’hôpital, fait valoir cette battante de 55 ans. Pourtant, très peu de Québécois peuvent voir leur vœu exaucé. » Dans la Belle Province, seulement 10 % des patients cancéreux meurent à la maison, contre 17 % en Colombie-Britannique et 15 % en Alberta.

« Au Québec, la visite à domicile de patients en grave perte d’autonomie est l’acte médical le moins bien rémunéré, alors qu’il s’agit d’une pratique lourde et complexe », s’étonne la médecin, qui porte les cheveux courts et des chaussures à talons plats — tout pour être le plus rapide et efficace possible.

Cliquez ici pour lire la suite via L’Actualité

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *