Mourir dans la dignité : la générosité du public au rendez-vous

Categories: Community Engagement and People & Places.

La générosité des gens de Sept-Îles était sollicitée dimanche dans le cadre du 10e Téléradiothon La récolte au profit de la maison de soins palliatifs L’Élyme des sables. Un premier bilan provisoire en fin d’après-midi dimanche indiquait que plus de 208 000$ avaient été récoltés. Il n’est pas trop tard pour faire un don.

Pendant six heures, animateurs, invités et artistes se sont relayés sur la scène aménagée pour l’occasion aux Galeries Montagnaises à Uashat.

J’avais tellement de témoignages de gens qui avaient eu des proches qui avaient eu leur fin de vie à l’Élyme. Je considérais que c’était essentiel de contribuer à ma façon à soutenir l’organisation.

 Luc Dion, président d’honneur du Téléradiothon
L'enseigne est sobre avec une dessin d'Élyme des sables. Enseigne devant L’Élyme des sables à Sept-Îles Photo : Radio-Canada / François Robert

C’est pour une cause essentielle, note Luc Dion. On a quand même 850 personnes qui ont connu leur fin de vie à L’Élyme des sables au cours des 10 dernières années. Ce que j’ai réalisé, moi, dans mon implication c’est que l’Élyme est là pour le patient qui est en fin de vie, mais pour l’entourage. Ça aide au deuil.

Pour le fonctionnement de l’organisme, diverses activités de financement sont organisées afin de recueillir un demi-million de dollars dans la communauté année après année et permettre de boucler le budget.

On a l’obligation d’offrir des services gratuits, c’est dans la politique des soins palliatifs du ministère, précise la directrice de L’Élyme des sables, Suzanne Cassista. En retour, le ministère nous donne une subvention qui représente environ 46% de notre budget de fonctionnement.

En fait, c’est le moteur de financement de l’OSBL. C’est là que vont se diriger tous les dons faits par des compagnies, des individus, mais c’est le point de chute de plusieurs activités de financement aussi qui ont lieu au cours de l’année, souligne Suzanne Cassista, qui travaille à L’Élyme des sables depuis 2009.

Le musicien avec sa guitare chante au micro. Le chanteur Yoan a offert une prestation dans le cadre du Téléradiothon de l’Élyme des sables. Photo : Radio-Canada / François Robert

L’Élyme des sables couvre le territoire de Rivière-Pentecôte à Blanc-Sablon, incluant Schefferville et Anticosti.

Principalement ce sont des gens de Sept-Îles qui viennent recevoir les soins, mais on reçoit de plus en plus des gens de la Minganie, des gens de la Basse-Côte, des gens de Port-Cartier aussi qui viennent terminer leurs jours, note Suzanne Cassista. Et on a aussi des gens qui sont à l’extérieur et qui reviennent à Sept-Îles pour y finir leurs jours.

Camille Deschênes-Côté, pinceau à la main, devant sa murale qui illustre un phare au bord de l'eau.La murale de Camille Deschênes-Côté durant sa création à la maison de soins palliatifs L’Élyme des sables à Sept-Îles. Photo : Radio-Canada

Je regarde toutes les activités de financement qui ont été faites pour soutenir l’Élyme. Ça crée un point de rencontre, une solidarité, et c’est essentiel, je pense, dans des communautés comme les nôtres d’être capable de se soutenir.

 Luc Dion, président d’honneur du Téléradiothon cette année

L’Élyme des sables, c’est six chambres qui sont conçues pour accueillir non seulement un patient, mais aussi ses proches, note Luc Dion.

La maison de soins palliatifs L'Élyme des sablesLa maison de soins palliatifs L’Élyme des sables Photo : Radio-Canada

C’est l’aide aussi au niveau de la médication, explique Luc Dion. On va doser la médication pour accompagner le patient. Souvent, ça va donner une paix chez le patient. Cela va prolonger, des fois de quelques jours ou quelques semaines, son départ. Ça va permettre de le faire dans la dignité. Ça va permettre de communiquer avec ses proches comme on n’aurait pas pu le faire dans d’autres circonstances.

Pour le Téléradiothon, cette année, l’objectif est de 215 000 dollars.

Lire plus: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1163005/elyme-palliatifs-generosite-mourir-dignite-teleradiothon