Rire de la mort

Categories: Featured and In The Media.

Le comédien et auteur Denis Bouchard vient de trouver un angle inusité pour parler d’un sujet qui n’est vraiment pas comique: la mort dans un centre de soins palliatifs. Il a même poussé l’audace jusqu’à recréer trois chambres où les spectateurs peuvent interagir avec les «patients» avant d’entrer dans la salle du Théâtre Outremont. Étonnamment, on rit plus souvent que l’on pleure avec Le dernier sacrement.

Il aura fallu à Denis Bouchard trois ans de recherche, d’écriture, de correction, de consultation avec des professionnels du milieu, des bénévoles et même de résidents avant d’être prêt à présenter sa pièce.

«Il y a quelques années, j’avais lu une phrase qui disait que les gens qui avaient la foi mourraient plus en paix que ceux qui n’étaient pas croyants. En la lisant, je m’étais dit que c’était mal parti pour moi», soutient le metteur en scène en riant.

Fasciné par les religions même s’il est agnostique (sceptique), il a fouillé le sujet. Il devenait évident pour lui de devoir se rendre dans des centres de soins palliatifs pour enrichir sa réflexion.

«Je croyais que ces endroits étaient des mouroirs d’une tristesse sans nom et finalement, je me suis aperçu qu’il s’y passait des choses extraordinaires. On y célèbre la vie. Il y a de l’humour et de l’amour. Je n’en suis pas revenu de ce que j’ai vu là», explique Denis Bouchard. En plus…