Vigile à la chandelle et culture au Congrès de l’ACSP

Categories: People & Places.

« La diversité des séances était fantastique. J’ai adoré avoir la possibilité de choisir les séances qui me touchaient directement dans ma pratique quotidienne. »

La nouvelle présidente l’ACSP, Laurie Anne O’Brien, s’est adressée aux délégués du cours du brunch social de la dernière journée du Congrès. Elle a remercié les délégués pour leur participation à ces trois journées et demie très bien remplies et propices à des possibilités incroyables d’apprentissage et de réseautage. »

Le défi-débat de dimanche matin mettait en vedette Deborah Randall-Wood, Nadine Henningsen et Leanne Kitchen Clarke, et touchait à l’approche palliative aux soins et à l’intégration des soins palliatifs dans tous les contextes de soins. Le thème central du Congrès portait sur l’intégration, un enjeu clé des soins palliatifs au Canada.

Le deuxième jour du Congrès, en soirée, un groupe de sympathisants des soins palliatifs ont bravé le vent glacial et ont marché jusqu’à la colline du Parlement, au son de la cornemuse. Le groupe s’est rassemblé autour de la Flamme éternelle en face des édifices du Parlement en reconnaissance des êtres chers décédés. Le révérend Peter Barnes, Ph. D., a récité une prière avec le groupe, tandis que la chorale des policiers canadiens est venue ajouter une touche musicale appropriée pour les pensées et les prières de commémoration.

Le dîner de gala du Congrès était une célébration du patrimoine et de la culture diversifiés du Canada. Nous avons eu l’honneur de profiter de la bénédiction de Rosella Kinoshameg, infirmière en soins palliatifs et leader spirituel autochtone.

Steve Hynd, responsable de l’édition africaine d’ehospice, a déclaré : « Le dîner de gala a été une occasion en or pour les travailleurs des soins palliatifs de se réunir et de célébrer les effets des soins palliatifs au Canada. La bénédiction autochtone — partie intégrale du tissu social du Canada d’aujourd’hui — était charmante au début de l’activité. Le gala était superbe et tous les délégués ont pu en apprendre davantage à propos du Canada et de sa culture diversifiée. »

Les séances du Congrès ont touché à tout — de la planification préalable des soins, à la recherche novatrice et la pratique clinique. Comme l’a mentionné un participant : « La diversité des séances était fantastique. J’ai adoré avoir la possibilité de choisir les séances qui me touchaient directement dans ma pratique quotidienne. » Pour consulter le programme et les conférenciers du congrès, rendez vous sur le site Web du congrès.

Plusieurs conférenciers ont aussi souligné la gentillesse et la contribution extraordinaire du Dr Larry Librach, champion des soins palliatifs au Canada, décédé plus tôt cette année.

Le congrès a été le point de mire d’un grand nombre d’autres activités, notamment une réunion du conseil d’administration de la Worldwide Palliative Care Alliance, l’assemblée annuelle des éditeurs et du comité de gestion d’ehospice qui a réuni au Canada des gens du Kenya, de l’Inde, de Malaisie, de Singapore, de l’Afrique du Sud, de l’Ouganda, d’Australie, des États-Unis et du Royaume-Uni. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *