Qui procurera des soins en fin de vie? : Une étude pancanadienne sur les fournisseurs de soins palliatifs

Categories: Research.

Financée par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), Who Will Care in the End: A Pan-Canadian Study of Palliative Care Providers (Qui procurera des soins en fin de vie? : Une étude pancanadienne sur les fournisseurs de soins palliatifs) est la première et la seule étude examinant le portrait national des travailleurs des soins palliatifs. Cette recherche comprenait l’élaboration et la réalisation d’un nouveau sondage visant à recueillir des données sur les fournisseurs de soins palliatifs au Canada, et à examiner et à évaluer la satisfaction de compassion et l’usure de compassion parmi eux. L’enquête comprenait des échelles validées qui évaluaient ces phénomènes, ainsi que des questions visant à décrire le profil sociodémographique, les caractéristiques du travail et la culture de la pratique.

On a souvent fait référence à l’usure de compassion comme étant le « coût émotionnel » à payer pour prendre soin des autres; l’usure de compassion a forcé des professionnels à abandonner leur travail auprès de victimes traumatisées qui leur étaient confiées1. Toutefois, le fait d’éprouver de la compassion à long terme n’entraîne pas toujours un état ou un résultat émotionnel négatif. La satisfaction de compassion découle de la gratification émotionnelle de prendre soin des autres dans un contexte de soins de santé; les cliniciens ont le sentiment d’être récompensés ou encouragés lorsqu’ils voient « une amélioration » chez leurs patients et les familles2, 3. Ces concepts ont été jusqu’ici rarement appliqués au personnel de la santé du domaine des soins palliatifs.

À la suite d’un suivi effectué auprès des établissements de soins de santé et de leurs représentants, nous avons obtenu 630 questionnaires utilisables remplis par des travailleurs des soins palliatifs de tout le Canada. L’âge moyen des répondants était de 52,34 ans (55,01 pour les hommes et 51,75 pour les femmes). Notre analyse a offert un point de vue important : il s’avère que la satisfaction de compassion a une corrélation négative avec l’usure de compassion et l’épuisement professionnel, et il existe un lien positif entre l’épuisement professionnel et l’usure de compassion. C’est donc dire que les travailleurs qui vivent une satisfaction de compassion sont moins susceptibles d’éprouver une usure de compassion et un épuisement professionnel. Le personnel à temps plein et les infirmières autorisées étaient plus susceptibles de ressentir une usure de compassion et un épuisement professionnel. Par conséquent, l’état de la pratique et l’affiliation professionnelle semblent indiquer l’intensité et la fréquence de l’exposition au stress secondaire et une mesure de la dose-réponse. De plus, l’incidence de l’établissement principal de la pratique était perceptible sur les niveaux d’usure de compassion et d’épuisement professionnel, mais pas sur la satisfaction de compassion. Les détails sur les résultats globaux ont été publiés dans la revue Palliative Medicine en décembre 2011 : (http://pmj.sagepub.com/content/early/2011/12/16/0269216311431311). Une analyse plus poussée est en cours et comprendra une modélisation afin de déterminer l’incidence des types de culture organisationnelle et comment ils peuvent combler les lacunes dans la culture professionnelle, ainsi que les incidences des qualités individuelles sur la satisfaction de compassion.

Pour présenter les résultats de notre étude, une réunion de deux jours avec les divers intervenants principaux a eu lieu l’an dernier. Les participants ont pris part à des discussions visant à 1) déterminer les messages ayant une valeur pour les travailleurs des soins palliatifs, 2) déterminer quels étaient les auditoires pour chaque message, et 3) déterminer les outils, les endroits et les plateformes pour présenter ces messages aux auditoires ciblés. On a décidé d’adopter une approche à deux volets; une pour un vaste public et une autre pour un auditoire particulier. L’approche plus généralisée inclut l’optimisation des plateformes existantes, des forums et des programmes de sensibilisation pour diffuser les messages principaux à une échelle nationale. L’approche ciblée comprendra entre autres des milieux de travail en particulier (p. ex., Canuck Place, à Vancouver, le centre de soins palliatifs de Victoria, le programme régional de Winnipeg et le programme régional de soins palliatifs d’Edmonton) qui seront les premiers à adopter l’approche, des guides de discussion et des portraits de travailleurs au fur et à mesure de leur disponibilité. La deuxième phase de cette activité de transfert des connaissances sera l’élaboration et la prestation d’outils utiles et applicables pour diffuser les résultats de la recherche. Cette phase de transfert des connaissances de fin de subvention a également été financée par les IRSC.

Références :

  1.  Figley C. (1995a). Compassion fatigue: Toward a new understanding of the costs of caring. In B. Stamm (Éd.), « Secondary traumatic stress: Self-care issues for clinicians, researchers, and educators » (p. 3-28). Lutherville, MD: The Sidran Press.
  2. Stamm BH. The ProQOL Manual. Extrait de http://www.proqol.org/ProQOl_Test_Manuals.html (consulté en octobre 2005).
  3. Alkema K, Linton JM, Davies R. A study of the relationship between self-care, compassion satisfaction, compassion fatigue, and burnout among hospice professionals. Journal of Social Work in End-of-Life & Palliative Care, 2008; 4 (2): p. 101-119.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *