Mourir dans la dignité? Oui, c’est possible

Categories: In The Media.

«Les médecins qui travaillent ici m’ont fait comprendre que si l’aide médicale à mourir devait être administrée, ils donneraient leur démission. Nos demandes d’admission seront modifiées et ceux qui souhaitent recevoir l’aide médicale à mourir ne pourront pas faire appel à nos services », explique le directeur de la Maison Notre-Dame du Saguenay, Jean-Pierre Simard.

L’approche palliative

La Maison Notre-Dame souhaite assurer un milieu propice au soulagement de la douleur physique, psychologique et spirituelle.

En ce sens, l’aide médicale à mourir n’est pas l’unique voix  vers une mort dans la dignité.

«La sédation palliative consiste à donner des médicaments à une personne en fin de vie pour la rendre inconsciente et cela permet de contrôler les souffrances et la douleur dont elle peut être victime», croit Jean-Pierre Simard.

Besoins

Selon M. Simard, la loi a raison en ce sens qu’il y existe un réel besoin afin de développer l’offre et l’accessibilité des soins palliatifs.

Au Saguenay, seulement 17 lits sont offerts pour les soins de fin de vie: 1 à l’Hôpital de La Baie, 2 à l’Hôpital de Jonquière, 8 à l’Hôpital de Chicoutimi et 6 à la Maison Notre-Dame du Saguenay.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *